Bibliographie de Louis Thomas

Pseudonymes de Louis Thomas, mentionnés dans les catalogues de la Bibliothèque nationale : Georges d’Amphoux, Capitaine Z..., Louis Danger, Henry Dugard, Lafontaine, Suzy Leparc, Panurge, Georges Pierredon, Un lieutenant des chasseurs.

En outre : Marquis de Z..., X. L. C. B, Lieutenant T. Nous n’avons pas rencontré d’écrits signés Georges d’Amphoux, Louis Danger ou Lafontaine : peut-être ne les utilisa-t-il que pour des articles ; sinon il s’agit d’une attribution erronée. D’autres pseudonymes probables : Louis Nasica, Maxel, Jean Fabre.

Certains auteurs ont affirmé que Louis Thomas était en fait le pseudonyme d’un Thomas Cernevo[1] ou Thomas Cervenc[2]. L’origine de cette double erreur doit se trouver dans une méprise sur la personne, augmentée d’une transcription fautive. Thomas Cervoni (né à Hyères en 1921, toujours vivant) est l’enseignant qui, devenu aveugle, devint l’auteur prolifique de romans policiers, parus en majorité sous le pseudonyme Louis C. Thomas. Il n’y a aucun lien avec le Louis Thomas né à Perpignan en 1885. Du Louis Thomas, qui nous occupe ici, nous avons pu contrôler les nom et prénoms sur de nombreux actes d’état civil concernant naissance, mariages et décès. Il n’y a donc aucun doute que ce soit son véritable patronyme.

1903

- Lettres de Chateaubriand à Sainte-Beuve, publiées par Louis Thomas (8 pages extraites du Mercure de France, décembre 1903), (Poitiers, imp. de Blais et Roy – Paris, Champion).
- La réhabilitation publique de J.-J. Rousseau, Imprimerie du Journal de Genève, 1903, 63 p[3].

1904

- Lettres de Chateaubriand à Sainte-Beuve, (6 pages extraites du Mercure de France, février 1904, p. 311-316), (Poitiers, imp. de Blais et Roy)
- La vie privée de Guillaume de Nogaret (Toulouse, E. Privat, Annales du Midi, pp. 161-207) (Dans le même numéro : A. Thomas, Le plus ancien témoignage sur Guillaume de Nogaret, pp. 358 et ss.).
- Lettres inédites de Chateaubriand, publiées par Louis Thomas (12 pages extraites du Mercure de France, septembre 1904), (Poitiers, imp. de Blais et Roy).

1905

- Arthur Symons, Qu’est-ce que la poésie, traduit par Edouard et Louis Thomas, dans : Vers et prose[4], 1905, pp. 29-33.
- Arthur Symons, Le chant du vagabond, traduit par Edouard et Louis Thomas, dans : Vers et prose, 1905, p. 97.
- Arthur Symons, Un poète d’attitudes, traduit par Edouard et Louis Thomas, dans : La Plume, mai 1905. (Titre original : Studies in Prose and Verse).
- Arthur Symons, Le dernier livre d’Oscar Wilde, traduit par Edouard et Louis Thomas, dans : Le Beffroi, 1905, p. 304-310.
- La maladie et la mort de Maupassant, dans : Mercure de France, 1905, numéro de juin, p. 336-354.
- La malattia et la morte di Guy de Maupassant, dans : Minerva, 18 juin 1905, p. 653 et ss.

1906

- Arthur Symons, Aubrey Beardsley, traduction par Edouard et Louis Thomas et Jack Cohen (Paris, Floury)[5]
- Les dernières leçons de Marcel Schwob sur François Villon (Paris, Éditions de Psyché).
- La maladie et la mort de Maupassant (Bruges, Arthur Herbert, Collection du spectateur). (thèse de médecine n°77336)
- Sub regno Cynarae * Les flûtes vaines (Paris, Éditions de Psyché).
- Sub regno Cynarae ** Les cris du solitaire (Paris, Éditions de Psyché).
- Léon Deubel, dans : Psyché, 1906, p. 69-83.
- Notes d’un amoureux, dans : Antée, mai 1906
- Dieu à Paris[6], dans : Antée, août 1906.
- Peinture – Emile Bernard, dans : La Phalange, décembre 1906.
- Amyntas (Mercure de France), critique du livre par André Gide, dans : Charivari, 30 septembre 1906.
- Lily, cahier de vers (Paris, Éditions de Psyché, impr. H. Jouve).

1907

- Yette, fragments de mes mémoires (Paris, E. Sansot, 7 rue de l’Éperon, 2e édition).
- Arthur Symons, Poésies, pour la plupart traduites et précédées d’un essai sur l’auteur par Louis Thomas (Bruges, Arthur Herbert, 194 pp.).
- Arthur Symons, Portraits anglais. Dédié à Remy de Gourmont, traductions par Jack Cohen, Henry D. Davray[7], Georges Khnopff, Edouard et Louis Thomas. (Bruges, Arthur Herbert, 350 pp.) Portraits de : *Thomas de Quincey, *Nathaniel Hawthorne, *William Morris, Walter Pater, Georges Meredith, *Robert Louis Stevenson, *John Addington Symonds, *Robert Buchanan, *Oscar Wilde, *Hubert Crackanthorpe, *Robert Bridges, *Austin Dobson, *W. B. Yeats, *Stephen Phillips, *Ernest Dowson, *Le fait en littérature, *Qu’est-ce que la poésie ?, *Un censeur des critiques. (Les textes avec * ayant été traduits conjointement par Edouard et Louis Thomas, il s’avère qu’ils se taillèrent la part du lion).
- Poésie et musique, dans : Bulletin français de la S.I.M. (ancien Mercure musical, p. 1075-1082.
- Les propos de Jean Moréas, dans: Les Feuillets Littéraires.

1908

- Tablettes d’un cynique 1905-1907, dédié à Paul Drouot, (Mons - Paris, Éditions de la Société Nouvelle)[8].
- Saint-Michael’s Mount and its marvels, the abbey, the museum, the town and the ramparts, from the notes of the marquis de Tombelaine (Ed. St.-Michael’s Mount). (incertitude sur la paternité de ce texte)
- Poésies de Choderlos de Laclos, publiées par Arthur Symons et Louis Thomas (Paris, Dorbon Aîné, 53ter Quai des Grands-Augustins, tiré à 312 ex. numérotés, imprimerie J. Dumoulin) (introduction par L. Thomas, appendice par Arthur Symons, traduit par Edouard et Louis Thomas).
- A propos d’un article de Funck-Brentano sur la Vérité, dans : Le Chroniqueur de Paris.
- Poésie et musique, dans : Bulletin français de la S.I.M. (ancien Mercure musical, p. 667-677.
- M. Jules de Gaultier, dans : La Phalange, novembre 1908.

1909

- L’esprit de Monsieur de Talleyrand, anecdotes et bons mots, recueillis par Louis Thomas (Paris, Dorbon Aîné, 19 Boulevard Haussmann, Collection Les bibliophiles fantaisistes).
- Les douze livres pour Lily, poèmes, dédié à Henri Vandeputte, (Paris, Dorbon Aîné, Collection Les bibliophiles fantaisistes).
- L’esprit de Mazarin, anecdotes et bons mots, (Paris, Dorbon Aîné, Collection Les bibliophiles fantaisistes).
- Le général de Galliffet (Paris, Dorbon Aîné, Collection Les bibliophiles fantaisistes)[9].
- Albert Erlande[10], dans : Le Divan, p. 50.
- Suzy Leparc, Le désespoir du peintre, dans : Le Divan, p. 83-85
- Images d'enfants par Gabriel Fabre, dans : Bulletin français de la S.I.M. (ancien Mercure musical), p. 458-462.

1910

- La promenade à Versailles, avec des ornements de Pierre Hepp, (Paris, Dorbon Aîné)[11].
- L’espoir en Dieu, roman, dédié à Remy de Gourmont (Paris, Dorbon Aîné, Collection Les bibliophiles fantaisistes, 53 ter, Quai des Grands-Augustins)[12].
- ps. Suzy Leparc, Petits mémoires de la vie littéraire (Paris, E. Sansot).
- ps. X. L. C. B., En marge de la littérature (Paris, A. Messein, Coll. Contes et anecdotes, 19 Quai Saint-Michel)[13]. Attribué à Louis Thomas d'après : Lorenz, Thieme et un article de Paul Léautaud dans le ″Mercure de France″ 16-XI-1910, p. 380-382.
- Arthur Symons, Esther Kahn, traduit par Edouard Thomas et d’autres [dont Louis Thomas], (Paris, La Renaissance du Livre).
- Croquis d’Allemagne, dans : Le Divan, p. 58-64
- Willy, dans : Le Feu.
- Une révolution dans le décor, dans : Comoedia.

1911

- Vingt portraits : Elémir Bourges, François de Curel, Jules de Gaultier, Louis Anquetin, Claude Debussy, Gabriel Fabre, Émile Bernard, Pierre Louys, Henry Bataille, René Boylesve, Marcel Boulenger, Renée Vivien, Claude Farrère, Gaston de Pawlowsky, Legrand-Chabrier, Edmond Jaloux, André Rouveyre, Joseph Bossi [Christian Beck], Léon Bocquet, Nandor Sonnenfeld  (Paris, A. Messein).
- Souvenirs sur Moréas (Paris, E. Sansot).
- Ce que nous devons à Nietzsche, dans : Le Divan, p. 239-242.
- Alphonse Allais, dans : Le Divan, p. 278-284.
- Henri de Régnier, dans : Revue des Français.
- Contre les réformateurs de l’orthographe, dans : La revue critique des idées et des livres.
- Les Derniers Jours de la Commune: 21-28 mai 1871, par Charles de Varigny (Souvenirs publies par Louis Thomas), dans: La Revue hebdomadaire.

1912

- André Rouveyre, avec un portrait par Henri Matisse (Paris, Dorbon Aîné, Collection Les bibliophiles fantaisistes).
- Curiosités sur Baudelaire (Paris, A. Messein)[14].
- La maladie et la mort de Maupassant, (Paris, A. Messein, édition complètement remaniée).
- Lucile de Chateaubriand, Œuvres, éditées par Louis Thomas (Paris, Albert Messein, Collection Société des Trente).
- François-René de Chateaubriand, Correspondance générale, publiée avec introduction, indication des sources, notes et tables doubles par Louis Thomas, Tomes I et II, (Paris, Librairie Ancienne Honoré et Edouard Champion, Editeurs, 5, Quai Malaquais ).
- François-René de Chateaubriand, Amours, textes choisis avec une introduction et des parenthèses par Georges Pierredon (Paris, Sansot, Nouvelle bibliothèque de variétés littéraires).
- Deux lettres de Pierre Richelet à l’abbé Nicaise (8 pages, extraites de la “Correspondance historique et archéologique”, Paris, H. Champion).
- Charles Grolleau, dans : Le Divan, 1912, p. 115-120.
- André Salmon, dans : Le Divan, 1912, p. 180-187.
- Edmond Gojon, dans : Le Divan, 1912, p. 263-268.
- Paul Drouot, dans : Le Feu.
- Albert Durer, dans : L’Art et les Artistes, n° 93, p. 130-134.

1913

- Documents sur la guerre et la Commune (1870-1871) Tome I (Paris, Les Marches de l’Est, 84 rue de Vaugirard).
- Chateaubriand et ***, Journal d’un Conclave, publié par Louis Thomas (Paris, A. Messein, Collection Société des Trente).
- ps. Georges Pierredon, L’esprit du XVIIIe siècle (Paris, E. Sansot).
- ps. Henry Dugard, Histoire de la guerre contre les Turcs (1912-1913) (Paris, Les Marches de L’Est).
- ps. Marquis de Z…, L’esprit de Maurice Barrès (Paris, A. Messein).
- François-René de Chateaubriand, Correspondance générale (1789-1824), avec introduction, indication des sources, notes et tables doubles par Louis Thomas, Tomes III et IV (Paris, Librairie Ancienne Honoré et Edouard Champion, Editeurs, 5, Quai Malaquais).
- ps. Georges Pierredon, Vacances, dans : Le Divan, p. 43-52.

1914

- ps. Panurge, Croquis d’Allemagne, dédié à Georges Ducrocq, (Paris, Les Marches de l’Est)[15].
- ps. Henry Dugard, La Légion étrangère, préface par Georges Ducrocq (Paris, Les Marches de l’Est).
- ps. Georges Pierredon, Armand Rassenfosse, dans : Almanach littéraire Crès.
- Jérôme et Jean Tharaud, dans : Almanach littéraire Crès.
- Mademoiselle Elsa Koeberle, dans : Les Marches de l’Est.
- Chateaubriand et la police, dans : Le Mercure de France
- Sur la plage, dans : Le Divan, p. 125-126.
Vienne, dans : La Revue Critique des Idées et des Livres, N° 141, février 1914.

1915

- ps. Georges Pierredon, Les soldats, dans : Mercure de France, n° 417, 1er août.

1916

- ps. Capitaine Z… L’armée de la guerre, dédié à la mémoire de Charles Péguy (Paris, Payot, 106 Boulevard St.-Germain)[16].
- ps. Henry Dugard, La bataille de Verdun (Paris, Perrin).
- ps. Henry Dugard, The battle of Verdun, traduit par F. Appleby Holt (London, Hutchinson et Paris, Perrin).
- Avec les chasseurs (Paris, G. Crès, 21 rue Hautefeuille).
- Les diables bleus pendant la guerre de délivrance, 1914-1916 (Paris, Perrin).

1917

- ps. Henry Dugard, La victoire de Verdun (Paris, Perrin, réédition).
- ps. Henry Dugard, Le Maroc de 1917 (Paris, Payot).
- ps. Henry Dugard, La colonne du Sous (Paris, Perrin).
- ps. Capitaine Z…L’Officier et le soldat français (Paris, Nouvelle librairie nationale)[17].
- ps. Capitaine Z…, L’armée de 1917 (Paris, Payot).
- ps. Capitaine Z… Vertus guerrières (Paris, Payot).
- Souvenirs, dans : Le Divan, 1917, p. 545-557.

1918

- Voyage au Goundafa et au Sous (Paris, Payot).
- ps. Henry Dugard, Le Maroc de 1918 (Paris, Payot).
- ps. Henry Dugard, La conquête du Maroc : la colonne du Sous (Paris, Perrin).
- ps. Henry Dugard, La victoire de Verdun (Paris, Perrin).
- Vertus guerrières (Paris, Payot)

1919

- Souvenirs d’un chasseur, août 1914 – mars 1916, dédié à André Salmon (Paris, Perrin).
- ps. Georges Pierredon, L’esprit de Clémenceau (Paris, Perrin).
- ps. Henry Dugard, Le Maroc de 1919 (Paris, Payot).
- ps. Georges Pierredon, Notes sur Villiers de L’Isle Adam (Paris, A. Messein).
- Otto Herman Kahn, Le Droit au-dessus de la race, traduit de l’anglais par le lieutenant   Louis Thomas, avec une préface de Théodore Roosevelt et une notice biographique, (Paris, Perrin). Titre original : Right Above Race, NY Century Co., 1918.
- L’appui financier des Etats-Unis, dans : L’Avenir, 16 août 1919

1920

- L’esprit d’Oscar Wilde (Paris, G. Crès & Cie, Collection Anglia, marqué : 4e édition).
- Les États-Unis inconnus (Paris, Perrin).
- ps. Henry Dugard, Le Maroc au lendemain de la guerre (Paris, Payot).
- ps. Suzy Leparc, Historiettes de Diderot, (Paris, A. Messein, Société des Trente).
- ps. Suzy Leparc, Petits mémoires de la vie littéraire (Paris, E. Sansot, réédition).
- Bérenice, poème, dans: Revue critique, 10 décembre 1920, p. 45-52. 

1922

- Sur un gratte-ciel - Les lignes de la main (Paris, A. Messein, Société des Trente).
- Otto H. Kahn, Les États-Unis et les grands problèmes financiers, traduit de l’anglais par Louis Thomas (Paris, Perrin). Titre original: Reflections of a financier: A study of economic and other problems, Hodder & Stoughton, London. 1921[18].
- ps. Suzy Leparc, Casanova moraliste, dans : Le Divan, p. 548-551
- Marc Lafargue, dans: Les Marges, Tome XXIV, n° 98.

1923

- Pierre-Augustin de Beaumarchais, Lettres de jeunesse, publiées par Louis Thomas (Paris, Ed. de Boccard).
- Confession de la mort, à la mémoire de Paul Drouot (Paris, Le Divan, 37 rue Bonaparte).
- Musiques, poèmes en prose (Paris, Le Divan).
- Le songeur (Paris, Le Divan).
- Conseils de lecture (Boston, Schoenhof).
- ps. Suzy Leparc, Casanova moraliste (Paris, Grès).
- Un printemps, roman (Paris, Baudinière, rue du Caire, 33).
- La race française au New Brunswick, dans : l’Opinion, Paris, 27 avril 1923.
- Article dans un numéro spécial du Mercure de France consacré à ‘Aspirations de la jeunesse allemande’, Paris, 1er octobre 1923.

1924

- Tentatives, récits, dédié à André Rouveyre (Paris, Le Divan, Collection Les soirées du Divan).
- D’un autre continent, poésies 1920-1923 (Paris, Le Divan).
- François-René de Chateaubriand, Correspondance générale (1789-1824), avec introduction, indication des sources, notes et tables doubles par Louis Thomas, Tome V, (Paris, Librairie Ancienne Honoré et Edouard Champion, Editeurs, 5, Quai Malaquais)..
- Huguette, dans : Le Divan, p. 487-500.
- Le Peintre Bakst parle de Madame Ida Rubinstein,  dans : Revue critique, 25 fév. 1924, p. 87-104. 

1925

 - Le sauvetage du franc (Paris, Éditions du Siècle, Les affaires, collection économique et financière, n° 1, Paris, Éditions du Siècle, 121 Boulevard Saint-Michel).
- L’espoir en Dieu, roman, « édition définitive » (Paris, Éditions du Siècle, Collection Les romans du siècle).
- Miss Bover, dans : Le Divan, pp. 158-164
- La Viennoise, dans : Le Divan, pp. 286-
- Deux gifles (Ferenc Molnar) - saynète adapt. Louis Thomas, Le Correspondant, Paris, 25 juin 1925, pp. 904-910.
- La clef (Ferenc Molnar) - adapt. Louis Thomas, éd. Fantasio, Paris, 15 août 1925

1926

- Pour Trente Sept Francs Cinquante, roman (Paris, Les Cahiers de Paris, 51 rue de Babylone).
- Thalia, dans : Le Divan, pp. 435-
- Bourges à Samois, dans : Le Divan, pp. 241—
- L’impardonnable péché (Ferenc Molnar), nouvelle inédite, traduite du hongrois par Louis Thomas.

1927

- Georges Simon Kaufman, Le gentleman de l’Ohio, traduit par Louis Thomas (Paris, La petite Illustration) (titre original : The butter and egg man).
- Laurent Tailhade, dans : les Nouvelles Littéraires (10/12/1927)
- Mensonges (Ferenc Molnar) - saynète trad. Louis Thomas, dans: Le Correspondant, Paris, 25 août 1927, pp. 397-604.
- Bourges et “La Nef”, dans: Mercure de France, 1er décembre 1927, pp. 294-308.
- Nos poètes. Jean Moréas (1856-1910), dans: Nouvelles littéraires, 19 novembre 1927.
- NEW-YORK - PORCHE François - THOMAS Louis - Idées et images du temps présent, New-York est-il beau ? Le developpement de New-York et des villes américaines, l'évolution des gratte-ciel: Une adaptation imprévue du style gothique -Palais moderne digne de l'antique Babylone...

1927.
Numéro sans publicités.
2 articles (9 pages, 10 photos dont 3 en pleine page) dans l'illustration

1928

- Pour Trente Sept Francs Cinquante (Paris, Les Cahiers de Paris, deuxième série, Cahier IX, réédition). 
- Dédicace à ma lectrice, dans : Le Divan, pp. 300-
- Dilettantisme, dans : Le Divan, pp. 421-
- Anatole France, dans : Nouvelles littéraires, 11 février 1928
- Max Jacob, dans: Nouvelles littéraires, 17 mars 1928
- Nos poètes : Charles Dumas,  dans: Nouvelles littéraires, 14 avril 1928.
- Nos poètes: Francis Jammes, dans: Nouvelles littéraires, 5 mai 1928
- Nos poètes: Louis Le Cardonnel, dans: Nouvelles littéraires, 19 mai 1928
- Nos poètes: Maurice Maeterlinck, dans: Nouvelles littéraires, 24 mai 1928.
- Nos poètes: Pierre Reverdy, dans: Nouvelles Littéraires, 26 mai 1928.
- Nos poètes: Edouard Du Bus (1864-1895), dans: Nouvelles littéraires,  7 juillet 1928.

1929

- Histoire de Mellila, princesse de Portugal, roman (Paris, Baudinière).
- La véritable vie de Miss Horneck, plus tard Mrs Gwynn, dans : Le Divan, pp. 274-

1930

- La gloire, (collection des témoignages de combattants français, Paris, Les Étincelles)[19].
- L’histoire de cœur, dans : Le Divan, pp. 19-
- Clelia, dans : Le Divan, pp. 157-
- La dernière charge du cavalier, dans: L'esprit français, 18 juillet 1930 (au sujet du livre ‘Témoins’ de Jean Norton Cru)
- Le Vaisseau de la mort, récit inédit dans: Ric et Rac, 1er novembre 1930.
- Visages à la minute. Henri Clouard , dans: L’Intransigeant, 18 juillet 1930.
- La trève politique à La Haye, dans: Revue des vivants, n° 2, février 1930.

1931

- Le Mont Saint-Michel et ses merveilles, l’abbaye, le musée, la ville et ses remparts, d’après les notes du marquis de Tombelaine (Ed. Au Mont St-Michel).
- André Fons-Godail, dans : Comoedia[20].
- Vieux ?, dans : Le Divan, p. 6-13.
- Printemps marin, dans : Le Divan, p. 245-247.
- Bonheurs, dans : Le Divan, p. 337-340.

1932

- Histoire de Mellila, princesse de Portugal, roman (Paris, Baudinière, 2e édition).
- M. De Talleyrand et la Paix, dans : Mercure de Franse.
- Le pavillon sur le lac, dans : Le Divan, p. 72-74.
- Concession perpétuelle, dans : Le Divan, p. 274-279

1933

- L’Alsace parle (Paris, Ed. de Bravo). Recueil de pensées et réflexions d' hommes politiques ou non, concernant l' Alsace, son passé , son avenir, l' autonomie, le problème de la langue,etc, rassemblées par Louis Thomas. Edition originale[21].
- Lajos Biro, Le dernier baiser, histoire d’un jeune homme pauvre, (pièce en trois actes) traduit par Louis Thomas (Paris, Impr. de Desfossés, Les Cahiers de Bravo) (Paris, Lang et Blanchong), 48 P.
- La comtesse de Mexborough, dans : Le Divan, p. 356-

1939

- Histoire d’un jour. Munich, 29 septembre 1938 (Paris, Denoël).

1941

- Nancy – Münster, six mois de captivité (Paris, Stock, Delamain et Boutelleau[22]).
- Alphonse Toussenel, socialiste national antisémite, 1803-1885, dédié à Pierre Durel (Paris, Mercure de France, Collection Les Précurseurs, 5e édition).
- Arthur de Gobineau, inventeur du racisme, 1816-1882, dédié à René Benjamin (Paris, Mercure de France, Collection Les Précurseurs, 4e édition).
- L’esprit du XVIIIe siècle. Tome I. Paris (réédition) + Tome II (Paris, Aux Armes de France).
- Comte de Vauban, Quiberon, mémoires pour servir à l’histoire de la guerre de Vendée, introduction et postface par Louis Thomas(Paris, Aux Armes de France).
- Le patrimoine de la France. Le Grand Paris (Paris, Aux Armes de France, 6e édition).
- Mémoires du marquis d’Argens, Un ami de Frédéric II, publiés par Louis Thomas(Paris, Aux Armes de France, 5e édition).
- Le général de Galliffet, 1830-1909 (Paris, Aux Armes de France, réédition).
- Souvenirs sur Moréas (Paris, Aux Armes de France, réédition, revue et augmentée).
- Carmontelle, Comédies et proverbes, choisis par Louis Thomas (Paris, Aux Armes de France, 2 volumes, vol. II : 5e édition).
- L’espoir en Dieu, roman (Paris, Aux Armes de France, réédition).
- Documents sur la guerre de 1939-1940, 2 volumes (Paris, Aux Armes de France).
- Ange-Achille-Charles comte de Neuilly, Dix années d’émigration, avec une introduction par Louis Thomas(Paris, Aux Armes de France, 2e édition).
- La vérité, contes (Paris, Aux Armes de France).
- Petits mémoires de la vie littéraire (Paris, Aux Armes de France, réédition).
- Alphonse Toussenel, socialiste, national, antisémite, dans: l’Illustration.

1942

- Emmanuel Moravec (colonel), La stratégie nouvelle : le sens de la guerre actuelle, traduit dutchèque par Fr. Blatna, préface de Louis Thomas (Paris, Aux Armes de France).
- L’esprit d’Oscar Wilde (Paris, Éditions C.-Levy, marqué 3e édition).
- L’Église abandonnée (Paris, Aux Armes de France) : recueil d’articles parus dans diverses publicationset dont le premier donne son titre à l’ouvrage.
- Colonel Daeniker, Commandement et esprit militaire allemands 1939-1940, traduit de l’allemand par Louis Thomas (Paris, Aux Armes de France).
- Les raisons de l’antijudaïsme, dédié à Céline (Paris, Les documents contemporains, Ed. Le Pont).
- L’esprit du XVIIIe siècle (réédition, Paris, Aux Armes de France).
- Contes et légendes de Finlande (Paris, Fernand Nathan, Collection contes et légendes de tous les pays).

1943

- L’esprit de Robert de Montesquiou (Paris, Mercure de France).
- Galerie des portraits de Madame la marquise Du Deffand et de son cercle (Paris, Aux Armes de France).
- Frédéric Le Play, dédié à Edmond Niox-Château, (Paris, Mercure de France, Collection Les Précurseurs).
- L’Enfer Blanc - Russie 1941-42, récits de guerre. Traduits de l’allemand et préface par Louis Thomas (Paris, Aux Armes de France, 23, rue Chauchat).
- Trois ombres [Miss Horneck, plus tard Mrs. Gwynn. Miss Bover. La comtesse de Mexborough.], (Paris, Aux Armes de France).
- Soixante questions pour donner à réfléchir aux Français (Paris, Mercure de France).
- Nancy-Münster, Ein Franzose bekennt sich zur Europäischen Zusammenarbeit,
(Leipzig, Wolfram-Verlag).
- Monsieur France (Paris, Mercure de France) ( ?)
- Les maîtres de l’art politique (Paris, Mercure de France) ( ?)

1944

- 120 peintres, sculpteurs, graveurs, architectes, décorateurs (Paris, Aux Armes de France, 55, avenue Georges v).
- Le vrai Villiers de l’Isle Adam (Paris, Aux Armes de France).
- Curiosités sur Beaumarchais (Paris, Aux Armes de France).
- Curiosités sur Mérimée. Suivi de Lettres de Prosper Mérimée (Paris, Aux Armes de France).
- Le gaspillage de la France (Paris, Aux Armes de France).
- L’esprit du XIXe siècle (Paris, Aux Armes de France).
- Soixante questions pour donner à réfléchir aux Français (Paris, Mercure de France, 8e édition).

1945

Curiosités sur Baudelaire (Milan, ed. Spartaco Giovene)

1953

- ps. Georges Pierredon, Vanité de l’étymologie, dans : Le Phare Dimanche, 31 mai 1953.

1954

- ps. Georges Pierredon, Traité de courtoisie, dédié à Pierre Morel, (Paris, Editions La Nef de Paris et Bruxelles, Éditions des Artistes).

1955

- ps. Georges Pierredon, Conseils aux dames (Paris, Éditions La Nef de Paris et Bruxelles, Editions des Artistes).

1958

- Le quartier du Sablon, avec des photos par Albert Delraux, Ph. De Sutter, Ph. Dédé et Ph. Robelus (Bruxelles, Editions des Artistes, Georges Houyoux).
- ps. Georges Pierredon, Sergio Santi, un émailleur florentin, dans : La Cahier des Arts, décembre 1958, p. 1097-98.

1959

- ps. Henry Dugard, L’esprit de Jean Paulhan, le dictateur des raffinés, dans : Le Phare Dimanche, 19 juillet 1959
- ps. Georges Pierredon, Akaroma, danseuse, peintre, écrivain et sculpteur, dans : La Cahier des Arts, février 1959, p. 1213-14.
- ps. Georges Pierredon, La chalcographie nationale italienne – 20.000 gravures peu connues, dans : Le Cahier des Arts, avril 1959, p. 1335-36.
- ps. Georges Pierredon, Une exposition magnifique – Rome au dix-huitième siècle, dans : Le Cahier des Arts, juillet 1959, p. 1484.
- ps. Georges Pierredon, Le Saint Bruno de Houdon, un chef-d’oeuvre expressif, novembre 1959, p. 1611.

1960

- ps. Georges Pierredon, Albert Decaris, un maître de la gravure, dans : Le Cahier des Arts, juin 1960, p. 1992-93
- ps. Georges Pierredon, Notes sur l’art du portrait, dans : La Cahier des Arts, octobre 1960, p. 2120-21.
- ps. Georges Pierredon, Le réencadrement des peintures anciennes, dans : Le Cahier des Arts, novembre 1960, p. 2170.

1961

- ps. Georges Pierredon, Beautés secrètes de Venise – Deux saints, peu connus et charmants, dans : Le Cahier des Arts, janvier 1961, p. 2250-51
- ps. Georges Pierredon, Les conservateurs de musée, dans : Le Cahier des Arts, février 1961, p. 2312.
- ps. Georges Pierredon, La sculpture religieuse espagnole dans l’art baroque, dans : Le Cahier des Arts, mars 1961, p. 2341-43
- ps. Georges Pierredon, Sainte Catherine portée par les anges, dans : Le Cahier des Arts, avril 1961, p. 2378.
- ps. Georges Pierredon, Les portraits d’enfants, dans : Le Cahier des Arts, juin 1961, p. 2426-28.
- ps. Georges Pierredon, Le musée Benaki, dans : Le Cahier des Arts, juillet 1961, p. 2466-67
- ps. Georges Pierredon, Le Christ à la colonne, dans : Le Cahier des Arts, coctobre 1961, p. 2498.
- ps. Georges Pierredon, L’antique Spina. L’exhumation d’une ville et d’un art, dans : Le Cahier des Arts, novembre 1961, p. 2530-31.
- ps. Georges Pierredon, La plus belle des madones, dans : Le Cahier des Arts, décembre 1961, p. 2580.

1962

- Le très honorable chevalier de la mer, dans : Le cahier des arts, mars 1962, p. 2666-67.
- L’art de martyriser le français pour avoir l’air d’être un homme sérieux, dans : Le Cahier des Arts, avril 1962, p. 2699.
- ps. Georges Pierredon, Venise, symphonie architecturale, dans : Le Cahier des Arts, mai 1962, p. 2722-24
- La belle paysanne. Attrait physique et métier pictural, dans : Le Cahier des Arts, juillet 1962, p. 2808.

Textes mentionnés par Henri Martineau ou Llona, qui sont sans doute à retrouver dans des revues littéraires :

- Éditions de lettres de Sainte-Beuve, Lammenais, Pierre Bayle, Michelet, Benjamin Constant.
- Riche Espagne (1919).

Bibliothèque nationale Paris
- Recueil factice d'articles de presse de critique dramatique, 1928-1931
Description matérielle : 1 br., 2 f. ; in-8 °
- Articles concernant le théâtre américain, [S. l. n. d.], 1 br., 14 ff. ; in-8 °

 

Textes parus dans Le Thyrse,

d’après la Table générale des matières contenues dans Le Thyrse de 1899 à 1949, Le Thyrse, 1949 (les textes en vers sont marqués en italiques):

-          VIII (juin 1906-mai1907) : Points de vue – Stance – Reflets - Notes d’un réaliste - Octobre
-          IX (juin 1907-mai 1908) : Du siècle 18 - Notes d’un cynique - Charles Grolleau
-          X (juin 1908-mai 1909) : Grains de mil - Le Concert sous la neige - Le chant du silence
-          XI (septembre 1909-août 1910) : Ping-Pong
-          XII (septembre 1910-août 1911): Au Pays du dollar
-          XX  (1923) : D’un autre continent: Twenty century limited. Libéré. Départ -
-          Les Chansons de Marrakech - La Cigale au paradis - Albert André, Courrier de Paris - La Victime - Hypocrisie. Franchise - Rose-Marie, jeune fille
-          XXI (1924) : La Solitude - Conseils de lecture - Invisible présence
-          XXI (1925) : Les Rois du ballet - L’Inconnue - I… - G. Lenôtre - Les Chansons du Bled - La Gardienne des tombeaux - Notes sur les Valckenborch 
-          XXVII (1930), Le Secret – Illusions - Le Fossé
-          XXVIII (1931) : Un latin d’Autriche : Adamek - « En mer », drame en 1 acte (avec I. Bounine)
-          XXIX (1932), L’Étoile - La jeune fille et le clavecin
-          XXX (1933) : Deux amies, comédie - Villes
-          XXXI (1934) : Le Retour

Sans date

- Un amateur Beaucairois du XVIIIième siècle, le chevalier de Courtois (1717-1769) (plaquette, 15 p.)

Livres mentionnés par Victor Llona comme ‘à paraître’, mais dont nous n’avons pas retrouvé trace :

- Le droit de rien (quatre drames en un acte: Le droit de rien – Le droit de mourir – Deux amies – Le droit de souffrir)
- Sur un banc, revue en deux tableaux
- Poupées, recueil de nouvelles
- Étrangères, portraits de femmes
- Peut-être
- Vers l’Azur, poésies
- Les États-Unis de la Réalité
- Nos frères du Canada

Livres non publiés :

- Sub regno Cynarae *** Ode à la Fontaine de Médicis (Paris, Éditions de Psyché)
- Sub regno Cynarae **** Finis Comoediae (Paris, Éditions de Psyché).
- Affaire classée (roman policier)
- Suggestions aux jeunes filles
- Flâneries dans Bruxelles

Liste établie par Andries Van den Abeele

(Voir: biographie de Louis Thomas).


 
[1] G. LOISEAUX, La littérature….
[2] C.A. CARDOT, Guidargus….
[3] Je n’ai pas eu ce texte en mains, et j’exprime quelque doute sur l’attribution à Louis Thomas, qui n’avait alors que 18 ans. Mais la note bibliographique que j’ai retrouvée mentionne bien à la suite du nom Louis Thomas, ‘né en 1885’.
[4] Vers et prose, recueil trimestriel de littérature, dirigé par Paul Fort et André Salmon.
[5] Traduction de l’essai de Symons publié en 1898, année de la mort du dessinateur anglais Beardsley, avec une préface très augmentée, et illustrée de 29 reproductions d'illustrations de l'artiste (vignettes, grotesques, planches) et un portrait de l'artiste en frontispice par Jacques-Emile BLANCHE.
[6] Consacré en majeure partie à la représentation de Le Dieu nouveau, tragédie en trois actes de Paul Souchon (1879-1951), représentée le 3 juin 1906 au Théatre antique de Champigny-la-Bataille.
[7] Henry Davray (1873-1944) habitait Londres, était critique littéraire au Mercure de France et fut traducteur de e.a. Wilde et Wells.
[8] Annoncé dès 1906, sous le titre: Procès-verbaux d’un positiviste.
[9] Ernst Jünger avait lu ce livre (probablement dans la réédition de 1941, à moins que ce ne soit dans celle de 1909, puisqu’il signale que les signatures de l’auteur et du général – mort en 1909 - s’y trouvent) et en parle dans son journal intitulé Kaukasische Aufzeichnungen, comme suit: Kirchhorst, 6. November 1942 Beendet: Louis Thomas, "Le General de Galliffet", in einem Exemplar, das durch ein Autogramm des Autors und eines des Generals bereichert ist. Galliffet bietet ein Muster des sanguinischen Temperaments, wie es dem guten Kavalleristen und insbesondere dem Husarenführer zukommt - des Temperaments eines Menschen, der schneller, leichter, feuriger sich bewegen und sich entschließen muß. Der sanguinische Optimismus stößt lebhaft auf seine Ziele los, freilich auf Ziele, die meist im Vordergrunde, in beschränktem Gesichtskreis stehen. Daher schiebt auch der Weltgeist solche Charaktere vor, wo schnelles Einhauen nötig ist - wie diesen bei Sedan und während der Aufstände. Typisch ist Galliffet auch für die Geschichte der modernen Brutalität, für die Wiederentdeckung zoologischer Verhältnisse. Hier bot ihm Mexiko eine Vorschule. Beim Lesen entsann ich mich eines alten Planes: der Schilderung der Figur, in welcher die Ordnung von links nach rechts in das Naturrecht taucht, zunächst mit dem tribunizischen Flügel und dann mit dem senatorischen, mit Marius und Sulla, mit Marat und Galliffet. Überhaupt möchte ich mich einmal an eine kurze Typologie der Geschichte wagen - an die Schilderung der Steinchen im Kaleidoskop.Was fehlte Galliffet zu einem Sulla, und was unterschied ihn von einem Boulanger?
[10] Albert Erlande, ps. de Albert Brandenbourg (1878-1934), romancier, biographe de John Keats, auteur d’un livre sur sa guerre faite avec la Légion étrangère.
[11] La parution en était annoncée dès 1906.
[12] Cette édition porte in fine la mention “Achevé d’imprimer par Louis Thomas, à Bombay, le 1er novembre 1910”. Curieuse mention car Thomas, pourtant tellement prolixe sur tout ce qu’il entreprenait, ne semble pas avoir fait allusion dans ses écrits à un voyage aux Indes. Cela faisait-il éventuellement partie des canulars, dont l’époque était friande et dont ici le sens nous échappe?
[13] Attribué à Louis Thomas dans un article de Paul Léautaud, au Mercure de France, 16-XI-1910, p. 380-382. Indiqué en effet parmi ses publications dans Vingt Portraits, mais avec 1911 comme date d’édition.
[14] Curieusement, ce texte a été réédité en 1945 par l’éditeur Giovene à Milan.
[15] La couverture porte en plus : ″Notes de voyage humoristiques. Couverture de Hansi″.
[16] L’éditeur spécialisé Anovi signale dans sa bibliographie de la Grande Guerre au sujet de ce livre: Une remarquable galerie de portraits, malgré quelques passages contestables
[17] Le même éditeur, Anovi, signale: Ouvrage un peu trop partisan, qui contient de nombreux lieux communs, mais qui vaut surtout pour l'abondance des renseignements fournis.
[18] L’édition anglaise était agrémentée d’une introduction écrite par le dirigeant des syndicats de chemins de fer, député travailliste et ministre J. H. Thomas. (Gregory BLAXLAND, J. H. Thomas: A life for unity, London, Muller, 1964).
[19] Dans cette collection parurent es témoignages d’entre autre André Thérive, Maurice Genevoix,  Gabriel Reuillard, Maurice Constantin-Weyer, Louis Guichard, Jacques Meyer, André Sécheret, André Suarnet.
[20] « Jusqu'au jour où, au printemps de 1931, il y a de cela 60 ans, Louis Thomas publiait dans Comoedia un article sur un de nos plus grands peintres aquarellistes, Fons-Godail, alors Conservateur du Musée des Beaux-Arts de Perpignan. Aussitôt cet article réveilla la curiosité du Maire de Port-Vendres, qui chargea l'auteur de retrouver les attributs égarés de son Obélisque. Et c'est alors à notre arrière-prédécesseur l'Archiviste Marcel Robin et à M. Joffre, Architecte des Monuments historiques que l'on dut les tout premiers efforts tendant, cette fois presque définitivement à la restauration de ce bel Obélisque de Port-Vendres élevé à la gloire de Louis XVI et qui portait message devant le monde entier de l'affranchissement des serfs dès 1779, de la liberté du Commerce maritime et de l'indépendance des Etats-Unis d'Amérique que, par la prise de Yorktown en 1781, l'escadre française de l'Amiral de Grasse avait délivrés de la domination anglaise ». Jean-Gabriel GIGOT, L’obélisque de Port-Vendres et son message, dans: Centième volume d'études sur le Roussillon, 1992, pp.245-260.
[21] Mon exemplaire porte l’envoi signé par l’auteur : A mon cher ami Gérard Cochet, député du Cher, Paris, 15 janvier 1934.
[22] Maurice Delamain (1883-1974) et Jacques Boutelleau (1884-1968), ce dernier mieux connu sous son pseudonyme Jacques Chardonne, étaient éditeurs-associés de Stock.
www.andriesvandenabeele.net